Jean-Paul Marat: Les chaînes de l'esclavage, articles de l'ami du peuple

La Révolution française


page d'accueil


Paul Louis Courier


[english]

Nouveau : une Biographie de Jean-Paul Marat écrite par Alfred Bougeart

image de Jean-Paul Marat

Jean-Paul Marat

Récemment j'ai lu quelque part: « Marat est un homme aigri et revanchard ». Ce qui m'a frappé surtout, c'est qu'un jugement aussi expéditif et sommaire puisse se maintenir jusqu'à nos jours. Comme la plupart d'entre nous j'ai entendu le nom de Marat à l'école (probablement) ensemble avec Robespierre et Saint Just lorsqu'il était question de la période de la Terreur de la Révolution française. Mais je n'étais pas vraiment intéressé. C'est beaucoup plus tard que j'ai découvert cet homme exceptionnel en feuilletant une biographie des hommes qui ont fait la révolution française. Marat y était décrit comme un homme qui rédigeait dans une cave quelque part à Paris son journal «L'ami du peuple ». Un « ami du peuple » terroriste ? Cela me parut contradictoire, louche. Alors j'ai commencé à chercher des écrits de Marat pour savoir  ce qu'il avait fait et dit de lui même.

Première constatation: si les biographes traitent de manière plus ou moins indifférente tous les autres acteurs de la Révolution française, Marat suscite toujours, après deux siècles, des réactions très vives. Marat ne met pas en cause la nécessité d'un gouvernement, mais il incite à la méfiance vis à vis de celui-ci. Evidemment c'est gênant. Dans les Chaînes de l'esclavage il décrit les mécanismes qui sont employés pour asservir un peuple, description qui n'a rien perdu de son actualité. Certes, il y a des différences par rapport à l'époque où Marat a vécu, il y a des progrès indéniables. Et pourtant, beaucoup de ses observations sont toujours valables.

Beaucoup de sottises ont été écrites sur Marat depuis plus de deux siècles. Cependant il existe depuis 1865 une Biographie qui rétablit la vérité avec des preuves que chacun peut vérifier. Je parle de la Biographie de Jean-Paul Marat écrite par Alfred Bougeart, qui à ma connaissance n'a jamais été rééditée.

Les Chaînes de l'Esclavage

1re partie
Introduction
De l'amour de la domination. - De l'étendue de l'Etat. - Des différents âges des nations. - Des nations amies de la pauvreté. - Des vices de la Constitution politique. - Du pouvoir du temps. - Des fêtes. - Des entreprises publiques. - Gagner l'affection du peuple. - De l'appareil de la puissance.

2e partie
Avilir les peuples. - Encourager les lettres, les beaux arts et les talents agréables. - Corrompre le peuple. - Du commerce. - Du luxe. - Flatter l'avarice du peuple. - De la débauche. - Fausse idée de la liberté. - Se faire des créatures. - Eteindre l'amour de la gloire. - Encourager la servitude. - Ecarter des emplois les hommes de mérite et les hommes de bien. - Hypocrisie des princes. - Des sourdes menées. - Innover. - Multiplier les créatures du gouvernement.

3e partie
Diviser la nation. - Opposer l'un à l'autre les divers ordres de l'Etat. - Fatiguer le peuple de sa liberté. - Remplir les premières places de l'Etat d'hommes corrompus. - Soustraire au glaive de la loi les coupables agents du pouvoir. - Remplir les tribunaux de juges corrompus. - Désarmer les sujets. - Pourvoir à la solde des troupes. - Attentats contre les lois, et jugements contre la liberté. - Aveugle sécurité du public. - Épuiser le zèle du peuple sur de faux objets. - Des écrits peu fondés, ou des dénonciations hasardées.

4e partie
Des esprits satiriques. - Des esprits indécents. - Des mauvais écrits. - De la multiplicité des écrits. - Modération inconsidérée du peuple. - Dissimuler les griefs nationaux. - Des artifices mis en usage pour apaiser les clameurs publiques. - Continuation du même sujet. - Continuation du même sujet. - Empêcher le redressement des griefs publics. - De l'ignorance. - Fausse idée de la tyrannie. - Suite du même sujet. - Dénaturer les noms des choses. - De la superstition. - Double ligue entre les princes et les prêtres.

5e partie
Vains efforts du peuple. - De la Fourbe. - Constante poursuite des mêmes desseins. - Corrompre le corps législatif. - Du peu de fermeté des représentants du souverain - contre les entreprises du gouvernement. - Prévenir les émeutes. - Accoutumer le peuple aux expéditions militaires. - S'assurer de l'armée. - Soustraire le militaire au pouvoir civil. - Inspirer au militaire du mépris pour le citoyen. - Miner le pouvoir suprême.

6e partie
De la guerre étrangère. - De la guerre civile. - Ruiner les Peuples. - De la Flatterie. - Continuation du même sujet. - Sottise des Peuples. - Préjugés stupides. - Continuation du même sujet - Ridicule vanité des Peuples. - Usurper le pouvoir suprême. - Continuation du même sujet.

7e partie
Des coups d'état. - Des mesures violentes. - Du cérémonial et du style de chancellerie. - Le peuple forge ses fers. - Du Despotisme. - De la crainte des Supplices.

Source: photocopie de l'original

voir aussi: l'édition anglaise de 1774 « The Chains of Slavery » (en anglais, bien entendu)

En 1780 il publie son Plan de législation criminelle à Neuchàtel.

Mais Marat ne s'est pas borné à la théorie. Médecin de formation (voir la page du Syndicat National des Ophtalmologistes de France à ce sujet), il se mit au service de la révolution dès le début. Très vite après la prise de la Bastille il décide de publier un journal qui va défendre vigoureusement les gens simples, les ouvriers des manufactures comme les paysans: l'ami du peuple. Il est le seul à s'opposer à la loi Le Chapellier (qui vise à interdire les grèves) et il encourage les Parisiens à ramener le roi à Paris. Dans son journal il dénonce la corruption au sein des nouvelles forces au pouvoir, il attaque le général Dumouriez, qui va trahir et se réfugier auprès des troupes autrichiennes, il dénonce les préparatifs de fuite du roi, Louis Capet. Et il était vraiment l'ami du peuple, car il jouissait d'une popularité sans pareil. Le 13 Juillet 1793 Marat est assassiné dans sa maison.

Une biographie de Marat beaucoup plus complète, mais en anglais, a été publié par B. E. Bax.

Voici des articles du journal « L'Ami du Peuple », regroupés dans trois collections :
Source: Charles Simond, Marat. Ed. L. Michaud, Paris 1906.
(Note: Riqueti=Mirabeau, Motier=La Fayette)

L'ami du peuple (I)

Dénonciation contre Necker
Il faut créer un tribunal d'état
Les subsistances
Discours au peuple
Profession de foi de Marat
Réflexions sur les dettes du gouvernement devenues nationales
Le gouvernement est l'ennemi du peuple
Protestation contre la loi martiale
Sur le plan du comité militaire
Évasion d'une religieuse de l'abbaye de Pantemon

L'ami du peuple (II)

Appel à la nation
Malheurs qui résulteraient d'une guerre avec l'Angleterre
Des moyens de détruire la mendicité
Pantalonnade à l'occasion de Franklin
Corruption de l'assemblée nationale
Plaidoyer pour les invalides
L'Ami du Peuple à Camille Desmoulins
Vrais moyens pour que le Peuple soit libre et heureux
Observations sur les haines soulevées contre lui
Conjuration de tous les ennemis de la Révolution avec Lafayette
Dangers qui menacent la France

L'ami du peuple (III)

Il faut éduquer l'esprit public
Projets Contre-Révolutionnaires
Le véritable serment civique
Oraison funèbre de Riquetti, dit Mirabeau
Sur le Panthéon
Sur la fuite du Roi
Sur le retour du Roi
Conduite de l'assemblée après le retour de Louis XVI
Sur la fusillade du Champs de Mars
Les Français ne sont pas faits pour être libres
Parallèle de l'ancien et du nouveau régime

finalement Marat sur lui même :
Autobiographie de Jean-Paul Marat


Téléchargement (270 kb)

et une présentation de
l'Association Jean-Paul Marat (A.J.P.M.)


Un nouveau livre sur Jean-Paul Marat
vient de paraître.

trouvé ailleurs : Jean-Paul Marat, Du droit des colonies s'émanciper et perdu

La Révolution française


page d'accueil


Paul Louis Courier


dernière modif : 26 Nov. 2004, /francais/jpmif.html